Content

Fadimatou Mounsade, Ngawa Mbaho, Carline Liliane: La vente de produits de santé dans les cars interurbains au Cameroun. Une analyse interactionnelle. Berlin: LIT, 2018. 287 pp. ISBN 978-​3-​643-​34163-​7. (Beiträge zur Afrikaforschung, 92) Prix: € 39,90 in:

Anthropos, page 253 - 254

Anthropos, Volume 115 (2020), Issue 1, ISSN: 0257-9774, ISSN online: 0257-9774, https://doi.org/10.5771/0257-9774-2020-1-253

Browse Volumes and Issues: Anthropos

Bibliographic information
sume what is dirty and dead and leave what is clean and alive for the living. Moreover, they do this through sev‐ eral phases (sacrifices) of food exhibition, from the raw foods heaped in the gardens to the cooked food exhib‐ ited on a platform. Spirits are also offered kula shells, stone axe blades, and pigs’ tusks from which they ex‐ tract the valuable invisible image-parts (shadows) and leave their own life-giving properties (image-parts, shadows). There are also bwekasa exchanges of thoughts: in awaken state (when a person lives a proper life) and in spells. These bwekasa sacrificial exchanges secure success in megwa magic, which itself is bwekasa. Ritual transitions are inseparable from all of them, spatially between Boyowa and Tuma (and vice versa) and temporally between life and death (and vice versa), which through reproduction and reincarnation (each of them being a form of bwekasa exchange as well) are products and producers of their cosmos. Mosko presents a novel understanding of Trobriand kinship and magic quite different from the predecessors who worked in the region including Malinowski. First, there is a dual chieftainship at Omarakana, where highranking dalas form a special marital alliance ideally based on reciprocal bilateral cross-cousin marriages. What we get is exogamous duality similar to sacred Tuma versus profane Boyowa securing magical and marital re‐ ciprocities. At the same time, there is oneness pointing to‐ wards quasi-endogamy or quasi-incestuous relationship. In such a situation, Tuma and Buyowa, the dead and the living, are joined together so that the ways of baloma spir‐ its are the ways of living people, and vice versa. In this ethnographically and analytically rich and complex work, Mosko shows the composite character of both persons and spirits, of shadows, images and powers, and their timeless interrelationship through kin‐ ship. A short review cannot do justice to this magnifi‐ cent volume. True, the first sixty pages of the “Introduc‐ tion,” where Mosko contextualises his methodological approach and fieldwork circumstances, could be shortened, and some issues of his ten annual fieldtrips between 2006 and 2016 – the use of English and chiefly perspective, for instance – questioned and criticised. However, Mosko’s aim to dig meticulously into cos‐ mogonic and cosmological foundations of conceptualcum-practical existence of Trobrianders required com‐ plex in-depth discussions with those who are guardians of such a knowledge and capable of reflection. Togeth‐ er, I would say, they fully succeeded. Borut Telban (borut@zrc-sazu.si) Ngawa Mbaho, Carline Liliane: La vente de pro‐ duits de santé dans les cars interurbains au Cameroun. Une analyse interactionnelle. Berlin: LIT, 2018. 287 pp. ISBN 978-3-643-34163-7. (Beiträge zur Afrikafor‐ schung, 92) Prix: € 39,90 L’ouvrage “La vente de produits de santé dans les cars interurbains au Cameroun. Une analyse interaction‐ nelle”, de Carline Liliane Ngawa Mbaho est le fruit d’un important travail de terrain réalisé au Cameroun. L’objet de ces travaux de recherche menés dans le cadre d’une thèse de doctorat porte sur la communication pen‐ dant la vente de produits de santé au Cameroun dans les véhicules de transport interurbain. Ngawa note que l’un des défis majeurs du système de santé au Cameroun est la cohabitation entre la médecine moderne et la méde‐ cine dite traditionnelle, qui de plus en plus gagne du ter‐ rain dans les pratiques de santé des populations. Les ré‐ sultats sont condensés en onze points dont nous faisons ici l’économie. Ngawa investigue l’un des espaces qui semblent conquis par la médecine traditionnelle dans sa stratégie de pénétration du marché de la santé: la vente des pro‐ duits de santé dans les cars de transport interurbain, qui, rappelons-le, n’ont pas cette vocation. Les cars interur‐ bains à priori et par essence sont destinés au transport des biens et des marchandises et au regard du contrôle étatique sur le marché pharmaceutique, ils ne sont donc pas des espaces de commercialisation des produits de santé. La problématique de Ngawa sur les interactions marchandes notamment dans le cas des commerces iti‐ nérants de produits de santé dans les cars interurbains porte d’une part sur les mécanismes et schèmes d’action des interactions marchandes et d’autres part sur les moyens déployés dans la réalisation efficiente et effi‐ cace dudit commerce itinérant dans les cars interur‐ bains, au vu et su de tous d’une activité illégale. L’ouvrage, en 281 pages et onze points, analyse donc les échanges marchands autour de la commercialisation des produits de santé dans les cars interurbains à partir d’un matériau de terrain collecté entre 2011 et 2015 et dont le corpus est constitué de 23 enquêtés, soit 3 femmes (les femmes semblent peu impliquées dans le commerce itinérant des produits de santé) et 20 hommes. Le contexte socio-linguistique au Cameroun que pré‐ sente l’auteure montre que la médecine traditionnelle ap‐ paraît comme le parent pauvre d’un système de santé en pleines transformations et confronté à de nombreuses in‐ suffisances, notamment déficit d’équipements, absence de protocole de soins, image dégradée des soignants. Face à une médecine conventionnelle systématisée à travers des formations professionnelles et un encadrement juri‐ dique et professionnel de l’activité, la médecine tradition‐ nelle tente de se frayer un chemin en marge de toute régle‐ mentation. Pour juguler aux lacunes et envisager un mini‐ mum de contrôle de l’exercice par auto-proclamation de la médecine traditionnelle, Ngawa constate le lancement par l’État d’une procédure d’identification des “profession‐ nels du secteur de la médecine traditionnelle”. À plusieurs niveaux, le système de santé est égale‐ ment marqué par une écologie linguistique qui va parti‐ ciper à saisir les stratégies communicationnelles dé‐ ployées lors des interactions marchandes dans la vente itinérante des produits de santé au Cameroun. En effet, la pluralité linguistique est l’une des caractéristiques du Cameroun où l’on observe deux langues officielles (l’anglais et le français) qui côtoient une multitude de langues nationales. Book Reviews 253 Anthropos 115.2020 Pour appréhender et donner sens aux données collec‐ tées, Ngawa mobilise un corpus théorique reposant sur l’analyse interactionnelle. Celle-ci va au-delà d’une ana‐ lyse conversationnelle classique et prend en compte également la contextualisation. Ainsi au-delà de l’exa‐ men des interactions marchandes des produits de santé dans les cars interurbains comme un phénomène ordon‐ né, méthodique qui s’appuie sur la temporalité et l’en‐ chaînement des interventions produites, Ngawa analyse la prise de la parole comme un espace de construction de l’intersubjectivité où les réactions/prises de parole sont fonction du locuteur antérieur, mais aussi de la si‐ tuation dans laquelle le discours est produit. “Prise dans ce sens, la parole ne trouve son interprétation que dans le contexte où elle a été actualisée” (62). Ces travaux montrent que les “docteurs” ou vendeurs de produits de santé ont un discours structuré et des échanges orientés vers une finalité: faire connaître et vendre leurs produits. Toute vente est alors conquête de territoire et construction de liens qui peuvent être du‐ rables ou exister juste l’instant du commerce. Ngawa détermine 4 grands temps dans la structura‐ tion des interactions marchandes. 1) L’ouverture de la vente de produits de santé mar‐ quée par la salutation qui caractérise la rupture avec les évènements en cours dans le car et annonce une activité nouvelle. À la suite des salutations acceptées ou non, des remerciements suivent. Ils constituent un canal de progression dans l’interaction et marque insidieusement l’obtention du consentement des passagers à interagir. Cette phase d’ouverture se termine par un exposé qui présente implicitement l’objectif de l’interaction. 2) La mise en place de l’expertise pendant la vente dans les cars est l’occasion pour les “docteurs” de faire étalage de leurs savoirs. De la consultation à la prescrip‐ tion, les actes médicaux sont revisités dans un espace, registre et répertoire particuliers: l’instant d’un voyage dans un car interurbain. Ce moment semble être le cœur de l’interaction marchande. La pharmacopée africaine et ou les produits commercialisés par le “docteur” sont vulgarisés. C’est aussi le moment des discordances et différends entre le “docteur” et les passagers. 3) La publicité à la vente de produits de santé dans les cars, temps lors duquel le déploiement de l’expertise participe à vanter le professionnalisme ou le positionne‐ ment en tant qu’expert du “docteur”, la vente reste le dénouement de la transaction commerciale. 4) La clôture de la vente de produits de santé dans les cars interurbains est le moment de la fin de l’interaction et de la séparation du “docteur” d’avec les passagers. Ce dernier annonce qu’il est au terme de son voyage qui marque aussi le terme de sa vente de produits de santé lors de ce voyage. Il clôture par les vœux, remercie‐ ments et salutations après avoir présenté des points de repères dans différentes localisations dans les princi‐ pales villes du Cameroun. Cet important travail empirique qui aurait pu être or‐ ganisé en partie pour faciliter la lecture présente un inté‐ rêt anthropologique indéniable. Il est une source de don‐ nées non seulement sur les interactions marchandes mais aussi sur la construction de sociabilités à l’occa‐ sion d’un voyage dans les villes du Cameroun et sur la consommation des produits de santé. Fadimatou Mounsade (mounsadef@yahoo.fr) Nobis, Adam: A Short Guide to the New Silk Road. Berlin: Peter Lang, 2018. 159 pp. ISBN 978-3-631- 74867-1. (International Relations in Asia, Africa, and the Americas, 2) Price: € 29,95 Das von der chinesischen Regierung vorangetriebene Projekt einer neuen “Seidenstraße” bildet sicherlich ei‐ nes der heißest diskutierten wirtschaftspolitischen Pro‐ jekte des 21. Jh.s, deren Folgen für die globale Politikund Wirtschaftsordnung kaum vorhersehbar sind. Die mit diesem politischen Programm verbundenen gewalti‐ gen Infrastrukturprojekte wirken sich bereits heute auf das soziale und kulturelle Gefüge in den von diesen Projekten erfassten Regionen aus. Es verwundert daher nicht, dass nicht nur Politik- und Wirtschaftswissen‐ schaftler/-innen sich mit dieser Seite chinesischer Wirt‐ schafts- und Außenpolitik befassen, sondern dass auch Sozial- und Kulturanthropologen ihr Augenmerk auf die entsprechenden Bestrebungen Chinas und ihren Folgen für die Menschen an unterschiedlichen Orten richten. Der Kulturwissenschaftler Adam Nobis von der Uni‐ versität Wrocław präsentiert mit dem hier zu bespre‐ chenden Buch einen kurzen Führer zur Neuen Seiden‐ straße. Dieser ist als Nachschlagewerk angelegt, das die jeweiligen Stichworte drei Sektionen zuteilt und von einem vierten Kapitel abschlossen wird, das Reflektio‐ nen über “The Silk New World” bietet. Die erste Sekti‐ on ist mit “Routes and Places” überschrieben und prä‐ sentiert Informationen zur Infrastruktur, die der neuen Seidenstraße zugeordnet werden kann, wie etwa Eisen‐ bahnlinien, Straßenverbindungen, Flughäfen und Kanä‐ le. Die zweite Sektion umfasst Stichworte unter dem Ti‐ tel “People, Institutions, and Projects”. Hier finden sich Firmen, Politiker und andere Akteure aufgeführt, die in Projekten der Neuen Seidenstraße involviert sind. Die dritte Sektion trägt den Titel “Meanings and Values” und bietet so disparate Lemmata wie “Asia”, “Equali‐ ty”, “Tourism” und “Understanding”. Blickt man nun auf die einzelnen Einträge, so muss man feststellen, dass deren Nutzwert für Kultur- und Sozialwissen‐ schaftler/-innen gegen null geht, da es sich entweder um einfach aus dem Internet zu beziehende Informationen handelt oder um die Aneinanderreihungen aus dem Kontext gerissener Aussagen unterschiedlicher Persön‐ lichkeiten. Als Beispiele mögen die Einträge “Asia” (74) und “Tolerance” (106) dienen. Der erstgenannte Eintrag umfasst fünf Zeilen, die sich wie folgt le‐ sen: “The Asian Development Bank, which funds se‐ veral projects under the umbrella term of the New Silk Road, defines itself as ʽAsian in character.ʼ In turn, the financial company New Silk Road Investments regards Asia and Asianness as economic assets in its investment strategy: ʽWe invest in Asian companies with the aim of 254 Book Reviews Anthropos 115.2020

Chapter Preview

References

Abstract

Anthropos is the international journal of anthropology and linguistics, founded in 1906 by Wilhelm Schmidt, missonary and member of the Society of the Divine Word (SVD). Its main purpose is the study of human societies in their cultural dimension. In honor of Wilhelm Schmidt‘s legacy, the cultivation of anthropology, ethnology, linguistics, and religious studies remain an essential component oft he Anthropos Institute – the organizational carrier of the journal.

Zusammenfassung

Anthropos - internationale Zeitschrift für Völkerkunde wird vom Anthropos Institut St. Augustin seit 1906 zweimal jährlich herausgegeben. Ursprünglich als Sprachrohr für katholische Missionarsarbeit geplant, gilt sie heute als wichtige Fachzeitschrift der allgemeinen Ethnologie. Sie behandelt sowohl kulturelle als auch sprachliche Themen in mehreren Sprachen, mit Schwerpunkt auf den Völkern des gesamtamerikanischen und afrikanischen Kontinents.